Appel

Les voix se taisent. La mémoire s’éteint.

Qui se souviendra bientôt de la vie quotidienne au XXème siècle dans le Pays de Gex ? Rares sont les historiens à s’être penchés sur cette période, trop récente pour eux. Quelques expositions de photos et de cartes postales ont eu lieu ça et là. Quelques communes ont même fait éditer des ouvrages, de qualités diverses, sur leur passé. Un seul travail dépasse à ce jour le simple album de famille: les livres d’Anne-Marie Prodon. Une merveille et un trésor !

Hélas, la plupart des personnages évoqués dans les livres d’Anne-Marie Prodon sont morts depuis longtemps. Des photos ont généralement été conservées, de même que le verbatim des témoignages. Mais il ne reste rien de réellement vivant: ni la voix, ni l’image animée.

Pour les plus anciens, nous avons une excuse: les difficultés techniques de l’époque. Pour ceux qui disparaîtront bientôt, emportant avec eux leurs souvenirs personnels et collectifs, nous n’en avons pas. Il est en effet à la portée de chacun de filmer quelques séquences de la vie de nos anciens. Hélas, on voit bien que les maigres archives familiales ne comportent généralement que des instantanés mal filmés, sans véritable témoignage sonore, car la pratique de l’interview ne s’acquiert pas avec l’acquisition d’une caméra vidéo.

« Mémoire gessienne » se propose d’aller au devant des trésors d’histoire locale que sont nos anciens, de réaliser avec eux, dans les meilleures conditions techniques et psychologiques possibles, un entretien vidéo de plusieurs dizaines de minutes, seul à seul, face caméra. Cet enregistrement se doublera, dans la mesure du possible, de la copie (immédiate et sur place) des photos et documents susceptibles d’illustrer l’entretien et de constituer l’ébauche d’archives qui devront être stockées dans un lieu ad hoc, à la disposition des historiens de demain.

Les entretiens vidéo seront, eux aussi, archivés mais pourront également, si la personne y consent, être immédiatement diffusés sous forme de DVD, de mise en réseau (YouTube, etc.) ou de projections et de débats.

On le sait, le cadre dans lequel se déroule une interview influe largement sur sa qualité. Il importe que la personne interrogée se sente à l’aise. Il importe aussi que le décor ne perturbe ni n’affaiblisse le témoignage. Il importe enfin que la qualité technique du document, image et son, soit irréprochable. Ce travail ne peut pas être celui d’un seul homme. Plusieurs Gessiens (plusieurs dizaines?) sont certainement capables de mener et de filmer un entretien avec les personnes plus âgées qui les entourent ou qu’ils connaissent. Concertons-nous et mettons-nous au travail. Il y a urgence!

Ce projet mémoriel implique la certitude que les documents seront conservés et exploités dans les meilleures conditions. Il nous semble que la CCPG pourrait en être le premier partenaire, quitte à s’appuyer, au cas par cas, sur les communes gessiennes, le département, la région.

Si vous êtes intéressé, envoyez-nous un message (decotte@gmail.com) ou appelez-nous par téléphone: 0642775611.

Merci.

 

Laisser un commentaire