Thoiry 1914-1918

Livre d'Or 1914-1919 Enfants s

Ils étaient enfants de Thoiry et sont morts à la guerre

Cliquez simplement sur la photo pour l’agrandir. D’autres portraits d’enfants du Pays de Gex seront publiés à la date anniversaire de leur disparition.


295 – BERTHOUX Léon. Classe 1902. Soldat au 333e d’Infanterie, 23e C1e. – Cul­tivateur à Baisenaz-Thoiry. – Né à Thoiry, le 31 octobre 1882. – Fils de Berthoux Jules et de Richard Louise, cultivateurs à Baise­naz-Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le ter octo­bre 1918, à la ferme de Brière (Champagne).

Avait obtenu les citations suivantes :

« Ordre de la division No 74 du 16 juin 1918 :

« A, le 27 mai 1918, défendu le passage d’un pont, jusqu’à épuisement- de ses car­touches, entouré par un groupe ennemi, s’est dégagé et a rejoint sa compagnie. »

– « Ordre du régiment No 505, du 21 octo­bre 1918 :

« Soldat d’un dévouement et d’un cou­rage à toute épreuve, est tombé glorieuse­ment en assurant sa mission sous un violent bombardement. »

Croix de Guerre avec étoile d’argent et étoile de bronze.

 

296 – BOCHET Charles-Amédée-Félix. Classe 1915. Soldat au 97e d’Infanterie, 14e Cie, – Cultivateur à Allemogne-Thoiry.

Né à Thoiry, le 10 août 1895. – Fils de Bochet Alfred-Louis-Melchior et de Perréal Blanche-Esther, cultivateurs à Allemogne (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 25 sep­tembre 1915, à l’attaque de Souchez (Pas-de-Calais).

 

297 – BOUVIER Louis-Eugène. Classe 1903. Soldat au 133e d’Infanterie, lle C1e. –­Cultivateur à Thoiry. – Né à Sergy, le 28 mars 1883. – Fils de feu Bouvier Pierre et de Éminet Jeannette, domiciliée à Sergy.

Marié à Mlle Delavière Hélène, proprié­taire à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 17 sep­tembre 1915, au Ban-de-Sapt (Vosges).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du régiment No 63, du 14 avril 1916 :

Bouvier Louis, soldat très courageux en toutes criconstances, a été gravement blessé, le 17 septembre 1915, en creusant des tran­chées en première ligne. »

Croix de Guerre.

 

298 – BURDAIRON Marcel-Jean. Classe 1916. Soldat au 20e bataillon de Chasseurs alpins, lre Cie. – Cultivateur à Fenières­Thoiry. – Né à Thoiry, le 30 avril 1896. -Fils de feu Burdairon François et de Truffaz Adèle, cafetière à Fenières, (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 29 sep­tembre 1918, au combat de Fond-d’Auze (Ardennes).


 

19150326 Carrichon Alfred Thoiry 299 [Largeur max. 1024 Hauteur max. 768]299 – CARRICHON Alfred-Louis. Classe 1912. Soldat au 15e bataillon de Chasseurs à pied, 12e Cie. – Cultivateur à Fenières­Thoiry. – Né à Thoiry, le 15 novembre 1892. – Fils de feu Carrichon Édouard et de Écu­villon Augusta, cultivatrice à Fenières (commune de Thoiry).

Mort pour la France, le 26 mars 1915, à l’hôpital temporaire de la Butte, à Besançon.

 

300 – CARRICHON Henri-Eugène. Classe 1909. Soldat au 133e d’Infanterie, 9e C1e. – Cultivateur à Fenières-Thoiry. -Né à Thoiry, le 3 avril 1889. – Fils de feu Carrichon Edouard et de Ecuvillon Augusta, cultivatrice à Fenières (commune de Thoiry). Tombé au Champ d’honneur, le 8 juillet 1915, à la Fontenelle (Vosges).

Avait obtenu la citation suivante :

« Ordre du régiment Ne 172, du 5 août 1915 : « Carrichon Henri, soldat 9e Cie du 133e. Tué le 8 juillet, à l’assaut dune position formidablement organisée, qui a été enlevée.» Croix de Guerre.

 


 

19150822 Carrichon Raymond Thoiry 301301 – CARRICHON Raymond. Classe 1912. Soldat au 133e d’Infanterie. – Cul­tivateur à Fenières-Thoiry. Né à Thoiry le 22 février 1892. – Fils de Carrichon Eugène et de Métrai Louise, cultivateurs à Fenières (commune de Thoiry).

Mort pour la France, le 22 août 1915, à l’Hôpital militaire St-Jacques à Besançon.

 


 

302 – CARTAN Antoine-Marcel. Classe 1914. Soldat au 103e d’Infanterie, 2e Cie, – Cultivateur à Allemogne-Thoiry. – Né à Thoiry, le 25 avril 1894. – Fils de Cartan Eugène-Auguste et de Regard Louise, culti­vateurs à Allemagne (commune de Thoiry). Disparu, le 25 septembre 1915, à Aube­rives-sur-Suippe (Marne).

 


 

19150715 Delavière Albert Thoiry 303303 – DELAVIÈRE Albert-Hermann. Classe 1901. Soldat au 133e d’Infanterie, 12e Cie. – Cultivateur à Allemogne-Thoiry. – Né à Thoiry, le 6 juillet 1881. – Fils de feu Delavière Louis et de Écuvillon Louisa, domiciliée à Thoiry. – Marié à Mile Paquet Louise, épicière à Allemogne (commune. de Thoiry). – Grièvement blessé, le 8 juillet 1915, à la Fontenelle (Vosges).

Mort pour la France, des suites, le 15 juil­let 1915, à l’Hôpital de Bruyères (Vosges).

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.


 

19140916 Delavière Thoiry 304 304 – DELAVIERE Raymond-Louis­Albert. Classe 1913. Sergent au 23e d’Infan­terie, 7e C1e. – Sans profession à Thoiry. -Né à Thoiry, le 14 juillet 1893. – Fils de feu Delavière Louis et de Écuvillon Louisa, pro­priétaire à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 16 sep­tembre 1914, à St-Jean d’Ormont (Vosges).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre de la 7e Armée No 72, du 18 oc­tobre 1915 :

Le sergent Delavière Raymond, a été exempté de service pour blessure, et est parti volontairement à l’attaque avec sa compagnie, le 16 septembre 1914. A été. tué. »

Signé : DE MAUD’HUY.

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.


305 – DONCHE Édouard. Classe 1905. Soldat au 333e d’Infanterie. – Fruitier à Thoiry-Fenières. – Né en 1885. – Marié à Mile Léger Jeanne, domiciliée à Fenières (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 19 mai 1918, aux environs de Merfy, près Reims.

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre général de l’Armée No 584 :

Donche Édouard, soldat au 333e d’In­fanterie, mortellement frappé au cours d’un coup de main où il avait tenu à accompa­gner jusqu’aux troisièmes lignes ennemies l’officier dont il était l’ordonnance.»

Signé : DUCHÊNE.

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.

 

306 – DUBORGEL Louis-Auguste. Cl. 1915. Soldat au 21e bataillon de Chasseurs à pied. – Maréchal-ferrant à Crozet. – Né à Thoiry, le let juin 1895. – Fils de Duborgel Eugène .4dolphe et de Nie.derhauser Rosette, cultivateurs à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 15 juin. 1915, devant Souchez (Pas-de-Calais).


307 – DUNAND Marius-François. Cl. 1916. Soldat au 20e bataillon de Chasseurs à pied, 4e C1e. – Cultivateur à Thoiry. -Né à Thoiry, en 1896. – Fils de Dunand Charles et de Écuvillon Eugénie, cultiva­teurs à Thoiry. – Grièvement blessé, le 7 octobre 1916, près d’Estrées.

Mort pour la France, des suites, le 9 oc­tobre 1916, à l’Ambulance de Cayeux-en-­Santerre.


 

19140920 Duraffour Thoiry 308 308 – DURAFFOUR Alfred-Marius. Classe 1908. Soldat de lre classe, 42e d’In­fanterie. – Diamantaire à Thoiry. – Né à Thoiry, le 17 novembre 1888. – Fils de feu Duraffour Auguste et de Monnet Louisa, cultivatrice à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 20 sep­tembre 1914, à Autrèche (Belgique).


19160731 Duvillard Charles Thoiry 309 T305 [Largeur max. 1024 Hauteur max. 768]309 – DUVILLARD Charles-François. Classe 1901. Sous-Lieutenant au 133e d’In­fanterie, 2e Cie. – Cultivateur à Allemogne­Thoiry. – Né à Thoiry, le 12 août 1881. -Fils de Duvillard Albert et de Mandrillon Camille, propriétaires à Allemogne (com­mune de Thoiry.)

Tombé au Champ d’honneur, le 31 juillet 1916, au bois de Hem (Somme).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du régiment :

A fait preuve de calme, de bravoure et d’un grand sang-froid au cours de l’attaque du 15 juin et ensuite dans l’organisation de la position conquise. »

Croix de Guerre.

 


 

310 – DUVILLARD Marius-Félix. Cl. 1909. Soldat au 133e d’Infanterie, 2e Cie. -Cultivateur à Allemogne-Thoiry. – Né à Thoiry, le 22 février 1889. – Fils de Duvil­lard Albert et. de Mandrillon Camille, pro­priétaires à Allemogne (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 17 avril 1917, au fort de Brimont, près Reims.

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du régiment :

Brancardier modèle. Au front depuis le début de la campagne. A toujours été un exemple de dévouement et de courage pour ses camarades surtout pendant les journées des 16 et 17 avril. A été tué en allant cher­cher un camarade blessé, sous un violent bombardement. »

Croix de Guerre.

 


19160708 Ecuvillon Amédée Thoiry 311 T305 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

311 – ÉCUVILLON Amédée-Eugène. Classe 1902. Sergent au 43e bataillon de Chasseurs alpins, Cie de Mitrailleuses. –­Boulanger à Genève. – Fils de Écuvillon Louis, propriétaire à Baisenaz (commune de Thoiry). Médaillé militaire. Vétéran de Cri­mée et d’Italie, et de Chapuis Joséphine. -Marié à Mlle Brunet Cécile, domiciliée à Genève.

Mort pour la France, le 8 juillet 1916, à la station sanitaire d’Alix (Rhône). – Griè­vement blessé à la forêt de Parois, près Nancy, en 1915.

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre général de l’Armée :

« Écuvillon Amédée-Eugène, comman­dant un petit poste attaqué par des forces supérieures, a été blessé d’une balle à la face dès le début de l’engagement. A conservé son commandement pendant plus d’une heure sous un feu violent et ne l’a quitté qu’a l’arrivée de son commandant de com­pagnie venu pour renforcer la ligne. »

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.


312 – ÉCUVILLON Eugène-François. Classe 1902. Soldat au 372e d’Infanterie, 5e C1e de Mitrailleuses. – Bouclier à Genève. – Né à Thoiry, le 10 juillet 1882. – Fils de Écuvillon François-Eugène, charcutier à Fenières (commune de. Thoiry), et de feue Mosse Annaïs. – Marié à Mlle Vuaillet Lucie, domiciliée à Genève.

Tombé au Champ d’honneur, le 22 no­vembre 1916, à l’attaque de Monastir (Serbie.).


313 – ÉCUVILLON Henri-Louis. Classe 1905. Sapeur au 4e Génie, 26e C1e. – Ouvrier d’usine à Bellegarde. – Né à Thoiry, le 4 août 1885. – Fils de Écuvillon Jean, cul­tivateur à Ferrières (commune de Thoiry), et de feue Barnet Elise.

Tombé au Champ d’honneur, le 24 sep­tembre 1915, à Louvois (Champagne).

 

314 – ÉCUVILLON Louis-Eugène. Cl. 1897. Soldat au 333e d’Infanterie, 19e Cie. – Cultivateur à Fenières-Thoiry. – Né à « Thoiry, le 5 juin 1877. — Fils de feu Écuvil­lon Joseph et de feue Benoit-Gonin Adèle, en leur vivant, cultivateurs à Fenières (com­mune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 25 oc­tobre 1916, devant Verdun.


 

20150113 Ecuvillon Thoiry 315 T314 315 – ÉCUVILLON Louis-Eugène. Cl. 1909. Caporal au 45e bataillon de Chasseurs à pied. – Cultivateur à Allemogne-Thoiry. – Né à Thoiry, le 20 mai 1889. – Fils de feu Écuvillon Joseph, et de Lacrevaz Mélanie, cultivatrice à Allemogne (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 13 jan­vier 1915, aux environs de Crouy (Aisne).


316 – FUSIER Honoré-Auguste. Classe 1907. Soldat de lre classe, au 22e bataillon de Chasseurs alpins, 6e Cie. – Cultivateur à Allemogne-Thoiry. – Né à Thoiry, le 29 janvier 1887. – Fils de Fusier Joseph-Antoine et de David Augusta, cultivateurs à Allemagne (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 31 oc­tobre 1916, au ravin de Maurepas (Somme). Déjà blessé à trois reprises : A Ypres, au Lingekopff, à l’Hartmannswillerkopff.

 

316bis – FUSIER Charles-Louis. Classe 1914. Caporal-fourrier au 83e d’Infanterie, lre Cie. – Employé de banque à Genève. -Né à Genève, le 9 décembre 1894. – Fils de feu Fusier Édouard et de Briomont Léonie, couturière à Genève.

Tombé au Champ d’honneur, le 17 août 1917, au Mont Cornillet (Champagne).

 


 

19160505 Gerlier Marcel Thoiry 317 T314317 – GERLIER Marcel. Classe 1912. Soldat au 133e d’Infanterie, 29e Cie. Cul­tivateur à Thoiry.  Né à Paris, le 22 oc­tobre 1892. Fils de Gerlier François et de Gicquel Scholastique, cultivateur, à Thoiry. Grièvement blessé, le ler mai 1916, devant Verdun.

Mort pour la France, des suites, le 5 mai 1916, à l’Ambulance 5/3, à Dugny (Meuse). Déjà blessé, le 7 septembre 1914, au col des Journaux (Vosges).

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.

 


19160710 Girod Amédée Thoiry 318 T314 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

318 – GIROD Eugène-Amédée. Cl. 1888. Soldat au 56e Territorial d’Infanterie. -Domestique à Sergy. – Né à Thoiry, le 31 mai 1868. – Fils de feu Girod François et de feue Moine Eugénie, en leur vivant à Thoiry.

Mort pour la France, le 10 juillet 1916, à l’Hôpital auxiliaire No 5, à Dôle (Jura).

 

319 – GIROD Germain-Jean-Pierre. Classe 1906. Soldat au 333e d’Infanterie, 17e Cie. – Boulanger à Collonges. – Né à Thoiry, le 20 janvier 1886. – Fils de feu Girod Marie-Eugène et de feue Écuvillon Émilie-Françoise, en leur vivant, cultiva­teurs à Fenières (commune de Thoiry). -Marié à Mlle Peney Berthe, domiciliée à Saint-Jean-de-Gonville.

Tombé au Champ d’honneur, le 8 octobre 1915, à Reillon-Lint.rez (Meurthe-et-Moselle).

 


 

19151101 Grospiat Adrien Thoiry 320 T314320 – GROSPIAT Adrien-Louis. Classe 1913. Caporal au 171e d’Infanterie, 13e Cie, – Charcutier à Genève – Né à Thoiry, le 9 mai 1893. – Fils de Grospiat Antoine-Louis et de Mouthon Marie-Louise, cultiva­teurs à Allemogne (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 14 no­vembre 1915, près de Bussy-le-Château.

 


 

321 – JACQUIOT Célestin. Classe 1903. Soldat au 333e d’Infanterie, 23e C1e. – Ou­vrier de scierie à Vesancy. – Né à Châtillon­de-Michaille (Ain), le 22 juin 1883. – Fils de feu Jacquiot Eugène et de feue. Perrier Marie-Honorine. – Marié à Mlle Saviot Marie, domiciliée à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 25 octobre 1916, devant le fort de Vaux (Verdun).


 

19140922 Journet Thoiry 322 322 – JOURNET Arthur-François. Cl. 1909. Soldat au 23e d’Infanterie, 7e Cie. -Cultivateur à Thoiry. – Né à Thoiry, le 13 juillet 1889. – Fils de Journet Émile et de Girod Eugénie, cultivateurs à Thoiry.

Disparu le 22 septembre 1914 au bois des Fêtes, au Ban-de-Sapt (Vosges).


19140917 Lacrevaz Thoiry 323 323 – LACREVAZ Louis-Émile. Classe 1904. Soldat au 333e d’Infanterie, 12e Cie. -Négociant à Thoiry. – Né à Thoiry, le 22 août 1884. – Fils de feu LacrevazvJean- Marie, en son vivant, négociant à Thoiry, et de Murgier Joséphine. – Marié à Mlle Carri­chon Fernande, négociante à Thoiry. -Blessé grièvement, le 26 août 1914, à Rose­lière (Vosges).

Mort pour la France, des suites, le 17 sep­tembre 1914, à l’Hôpital de Riom (Puy-de-Dôme).


 

19141214 Lacroix Thoiry 324 324 – LACROIX Charles-Raoul. Classe 1905. Soldat au 333e d’Infanterie, 22e Cie. —Diamantaire à Thoiry. — Né à Arinthod (Jura), le ler mars 1885. — Fils de Lacroix Eugène, domicilie à Châlon-s.-Saône, et de feue Secrétan Marie-Julie. — Marié à Mire Ducret Hélène, domiciliée à Thoiry.

Mort pour la France, le 21 décembre 1914, à l’Hôpital complémentaire de Saint-Nicolas-­du-Port (Meurthe-et-Moselle).


325 – LANÇON Joseph-Marie. Cl. 1896. Soldat à la 20e Section de C. O. A. — Voya­geur de commerce à Thoiry. — Né à Saint-Jean de Gonville, le 23 juin 1876. — Fils de feu Lançon François-Alphonse et de Lançon Augusta-Joséphine, propriétaire à Thoiry. —Veuf de Mile Ducret.

Mort pour la France, le 29 mars 1917, à l’Hôpital Saint-Joseph, à Épinal.

Réformé, s’est engagé volontairement pour la durée de la guerre.


 

19150127 Léger Henri Thoiry 326 T323 326 – LÉGER Henri-Louis. Classe 1913. Soldat au 23e d’Infanterie, 11e Cie. — Culti­vateur à Fenières-Thoiry. —Né à Thoiry, le 27 janvier 1893. — Fils de Léger Anthelme et de Tournier Louise, cultivateurs à Fenières (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 27 janvier 1915, à la Fontenelle (Vosges).


327 – MONTMASSON Marius-Léon. —Classe 1912. Maréchal-des-Logis au 4e Cuiras­siers, 9e escadron. — Cultivateur. — Né à Veyrier-du-Lac (Haute-Savoie), le 8 août 1892. — Fils de Montmasson Pierre et de Gerlier Appoline, cultivateurs à Thoiry.

Tombé au Champ d’honneur, le 6 mai 1917, au château de Lamotte (Aisne).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre général No 93, du 20 février 1917 :

Sous-officier de premier ordre, ayant de nombreuses patrouilles à son actif. Le 14 fé­vrier 1917, bien que légèrement blessé, a accompli avec beaucoup de courage et de sang-froid la mission de protection dont il était chargé dans un coup de main sur un saillant ennemi. A fait preuve de beaucoup de courage et d’énergie en contribuant, sous un barrage d’artillerie et de mitrailleuses, à ramener dans nos lignes tous les cavaliers atteints. »

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.

 


19160727 Pelloux Arthur Thoiry 328 T323 [Largeur max. 1024 Hauteur max. 768]

328 – PELLOUX Arthur-Jean. Classe
1912. Sergent au 133e d’Infanterie, 10e Cie, Cultivateur à Fenières-Thoiry. — Né à Dardagny, canton de Genève (Suisse), le 9 juin 1892. — Fils de Pelloux Antoine, cul­tivateur à Fenières (commune de Thoiry), et de feue Curtenet Clotilde.

Tombé au Champ d’honneur, le 27 juillet 1916, au bois de Curlu (Somme).

 


 

19160923-perreal-francois-thoiry-329-t323-largeur-max-1024-hauteur-max-768329 – PERRÉAL François. Classe 1915. Soldat de lTe classe au 158e d’Infanterie. —Diamantaire à Thoiry. — Né à Thoiry, le 7 avril 1895. — Fils de Perréal Marc et de Zimmer Mathilde, cultivateurs à Allemogne (commune de Thoiry). — Grièvement blessé, le 17 septembre 1916, près de Cayeux-en­Santerre.

Mort pour la France, des suites, le 23 sep­tembre 1916, à l’Ambulance 12/1, à Cayeux­en-Santerre (Somme).

Avait obtenu la citation suivante. :

Ordre du régiment No 93, du 9 avril 1916 :

S’est fait remarquer tout spécialement par sa bravoure, son entrain et son calme, lors de l’attaque allemande du 2 avril 1916.

Croix de Guerre.

 


 

19150425 Perréal Jean Thoiry 330330 – PERRÉAL Jean. Classe 1914. Sol­dat au 27e d’Infanteire, 10e C1e. — Cultiva teur à Allemogne-Thoiry. — Né à Thoiry, le 8 mai 1894. — Fils de feu Perréal Joseph‑Louis et de Rouph Annais-Lucie, proprié­taire à Allemogne (commune de Thoiry).

Disparu, le 25 avril 1915, au bois d’Ailly, près Saint-Mihiel (Meuse).

 


 

331 – PINIER Marius-Lucien. Cl. 1913. Soldat au 23e d’Infanterie, 12e Cie. — Culti­vateur à Thoiry. — Né à Péron, le 20 dé­cembre 1893. — Fils de Pinier Jean et de Fol Marie, cultivateurs à Thoiry. — Griève­ment blessé, le 31 décembre 1915, à l’Hart­mannswillerkopff.

Mort pour la France, des suites, le 5 jan­vier 1917, à l’Hôpital militaire de Bus­sang (Vosges).

Avait obtenu la citation suivante :

« Ordre général de l’armée No 2316, du 4 janvier 1916 :

Pinier Marius-Lucien, soldat au 23e d’In­fanterie. Soldat d’ure excellente conduite et très courageux. Grièvement blessé, le 31 décembre 1915. A été amputé de la cuisse gauche. »

Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme.

 

332 – ROUPH Louis-Albert. Classe 1910. Soldat au 44e d’Infanterie, 10e Cie. —Cultivateur à Baisenaz-Thoiry. — Fils de Rouph Henri et de Juliard Amélie, proprié­taires à Baisenaz (commune de Thoiry).

Tombé au Champ d’honneur, le 24 sep­tembre 1914, à Vic-sur-Aisne.

 


 

19160607 Zuccoli Germain Thoiry 333 T332 [Largeur max. 640 Hauteur max. 480]

333 – ZUCOLLI Germain-Albin. Classe 1906. Soldat au 43e d’Infanterie italienne, 3e Cie. — Cordonnier à Fenières-Thoiry. —Né à Thoiry, le 8 octobre 1886. — Fils de Zucolli Fidèle, cordonnier à Fenières (com­mune de Thoiry), et de Bussi Marie.

Tombé au Champ d’honneur, pour son pays et pour la France, le 7 juin 1916, au Mont Lemerle, dans le Trentin (Front italien).

 


 

 

Laisser un commentaire