St Genis-Pouilly 1914-1918

Livre d'Or 1914-1919 Enfants s

Ils étaient enfants de St Genis-Pouilly et sont morts à la guerre

Cliquez simplement sur la photo pour l’agrandir. D’autres portraits d’enfants du Pays de Gex seront publiés à la date du centième anniversaire de leur disparition.


259 – BENOIT-GUYOD Joseph. Classe 1902. Sergent au 152e d’Infanterie, 3e Cie, -Propriétaire à Saint-Genis. – Né à Saint­Genis, le 29 janvier 1882. – Fils de feu Benoit – Guyod Gustave et de feue Goy Louise, en leur vivant, à Saint-Genis. -Marié à Mlle Duvillard Louise, propriétaire à Saint-Genis. – Grièvement blessé devant Château-Thierry. Mort pour la France, des suites, le 2 juin 1918, à l’Hôpital B/52, à Coulommiers (Seine-et-Marne). Croix de Guerre.

 


 

19160914-bernard-henri-st-genis-260-t260-largeur-max-1024-hauteur-max-768260 – BERNARD Henri-Charles. Classe 1914. Caporal au 15e bataillon de Chasseurs à pied, 3e C1e. – Cultivateur à Flies-Saint­Genis. – Né à Saint-Genis, en 1894. – Fils de Bernard Félix et de Léger Louise, pro­priétaires à Flies (commune de Saint-Genis).

Tombé au Champ d’honneur, le 14 sep­tembre 1916, à Bouchavesne (Somme).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du bataillon No 220, du 26 sep­tembre 1916 :

Gradé énergique, a donné en toutes circonstances des preuves de courage et de sang-froid. A été tué le 14 septembre 1916, en organisant une position conquise, sous un bombardement intense et un feu de mi­trailleuses des plus violents. »

Croix de Guerre.


 

19150101 Bertrand Amédée St Genis 261 T260 261 – BERTRAND Amédée. Cl. 1894. Soldat au 55e Territorial d’Infanterie, 5e Cie. – Cultivateur à Saint-Genis. – Né à Saint-­Genis, le 18 novembre 1874. – Fils de feu Bertrand François et de feue Vanier Elisa, en leur vivant à Saint-Genis. – Marié à Mlle Balzac Berthe, sans profession à St-Genis.

Tombé au Champ d’honneur, le ler jan­vier 1915, à Neuvillers (Vosges).


262 – BUSSAT Arthur. Classe 1910. Soldat au 44e d’Infanterie. – Cultivateur à Saint-Genis. – Né à Chavannaz (Haute-Savoie), en 1880. – Fils de feu Bussat. Jean et de Laverrière Jeannette, domiciliée à Chavannaz (Haute-Savoie.)

Tombé au Champ d’honneur, le 14 sep­tembre 1914, à la bataille de la Marne.


 

19140914 Bussat St Genis-Pouilly 262 263 – BUSS AT Jean-Joseph. Cl. 1896. Soldat au 56e Territ. d’Infanterie, lle Cie. -Cultivateur à Saint-Genis. – Né au Grand-­Saconnex, canton de Genève (Suisse), le 6 juin 1876. – Fils de feu Bussat Jean et de Laverrière Jeannette, domiciliée à Chavan­naz (Haute.-Savoie). – Marié à Mlle Buet Marie, sans profession, à Saint-Genis.

Mort pour la France, le 29 aont 1917, à l’Hôpital de la Côte-Saint-André (Isère).

 

264 – COLLET Henri. Classe 1913. Sol­dat au 44e d’Infanterie, 9e Cie. – Diaman­taire à Saint-Genis. – Né à Crozet, le 10 oc­tobre 1893 – Fils de Collet Albert, insti­tuteur à Saint-Genis et de Ramel Eugénie.

Tombé au Champ d’honneur, le 25 sep­tembre 1915, à la ferme des Wacques (Cham­pagne).

 


 

19160909-david-felix-st-genis-265-t260-largeur-max-1024-hauteur-max-768265 – DAVID Félix, dit Piron. Soldat au 333e d’Infanterie. – Diamantaire à Saint-Genis. – Né à Bourg-en-Bresse. -Fils de feu David Henri et de feue Greffier Marie, en leur vivant, à Saint-Genis.

Tombé au Champ d’honneur, le 9 sep­tembre 1916, devant Verdun.

Avait obtenu la citation suivante :

Le Lieutenant-Colonel Kiffer, comman­dant le 133e régiment d’Infanterie, a l’hon­neur de porter à la connaissance de la fa­mille du soldat :

David Jules-Félix, du 333e régiment d’Infanterie, que la médaille militaire lui a été conférée à la suite de la citation dont ce militaire à été l’objet :

Très bon soldat. Glorieusement tombé, le 9 septembre 1916, en effectuant la relève des premières lignes à Verdun sous de vio­lents tirs de barrage.

Croix de Guerre avec étoile de bronze.

 


 

266 – DUCRET Gustave. Classe 1916. Brigadier au 245e d’Artillerie, 24e batterie. – Comptable à la Coopérative de consom­mation à Genève. – Né à Segny, le 19 mars 1896. – Fils de Ducret Alphonse et de Bru-nier Lucie, domiciliés à Genève, auparavant à Saint-Genis.

Mort pour la France, le 10 juin 1918, à Villers-sur-Condan (Oise).

 


 

19160511 Dury Antoine St Genis 267 T260 267 – DURY Antoine-Auguste. Cl. 1894. Soldat au 54e Terra. d’Infanterie, 20e Cie.  Menuisier-ébéniste, à Saint-Genis.  Né à Genève, le 30 janvier 1874. Fils de feu Dury Julien et de feue Berthet Appoline, en leur vivant, à Saint-Jean-de-Gonville. Marié à Mlle Bavoux Mathilde, ménagère à Saint-Genis.

Mort pour la France, le 11 mai 1916, à l’Hôpital militaire Saint-Jacques à Besançon.

 


 

268 – GROSREY François. Classe 1913. Soldat au 99e d’Infanterie, Cie H. R.. -Diamantaire à Saint-Genis. – Né à Saint­Genis, le 25 mars 1893. – Fils de Grosrey Jean, diamantaire à Pregnin (commune de Saint-Genis) et de Lamy Alice.

Tombé au Champ d’honneur, le 20 mai 1918, à Aubilly, près Reims.

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre de la brigade N° 32, du 4 novem­bre 1917 :

Musicien-brancardier, dévoué et coura­geux, s’est porté résolument en avant au cours de la dernière attaque, suivant les vagues d’assaut pour panser les blessés et les évacuer rapidement. »

Croix de Guerre.

 


 

19151023 Lavy Félix St Genis 269 T269269 – LAVY Félix. Classe 1900. Caporal au 60e d’Infanterie, 6e Cie. – Cultivateur à Saint-Genis. – Né à. Colonex (Suisse), le 21 janvier 1880. Fils de feu Lavy Michel et de feue Liaset Léa. – Marié. à Mlle Joséphine­Lisa Blondin,domiciliée à Bourdigny (Suisse).

Tombé au Champ d’honneur, le 23 oc­tobre 1915, en avant de Cuperly (Marne).

Croix de Guerre.

 


 

270 – MORARD Marius. Soldat au 30e bataillon de Chasseurs alpins, 3e Cie. -Ouvrier chez M. Michaud, maire de Saint-­Genis. – Né à Seyssel.

Tombé au Champ d’honneur.

 

19150112 Pache St Genis 271 T269 271 – PACHE Émile-Louis. Classe 1901. Lieutenant. au 114e bataillon de Chasseurs alpins, 3e Cie. – Propriétaire à Flies-Saint­Genis. – Né à Saint-Genis: en 1881. – Fils de Pache Auguste, propriétaire à Flies (com­mune de Saint-Genis) et de feue Grostabus­siat Élisa. – Marié à Mlle Ducret Fanny, café à Flies (commune de Saint-Genis). Tombé au Champ d’honneur, le 14 octobre 1918, en Belgique.

Avait obtenu les citations suivantes :

Ordre de la division No 41, du 12 janvier 1915

Pache Louis-Émile. A fait preuve de grand courage et d’énergie en maintenant ses hommes de 11 heures du matin à la nuit, sous un feu des plus violer) es. Ne s’est retiré qu’après avoir atteint le premier réseau de fil de fer de l’ennemi, et en avoir reçu l’ordre. »

« Ordre du Corps d’Armée No 339, du 21 septembre 1918 :

Officier qui a montré au cours des opéra­tions actives, du 13 au 20 août, l’allant le plus remarquable, s’est dépensé sans compter au cours de la progression, payant hautement de sa personne, et malgré un sérieux com­mencement d’intoxication, donnant à tous le plus bel exemple d’entrain. Déjà cité. »

« Ordre général de l’armée No 527, du 25 septembre 1918 :

Au cours des combats récents, a donné les preuves de l’entrain le plus juvénile et de l’ardeur offensive la plus éclatante et bien qu’intoxiqué par les gaz, a été pour ses chasseurs le plus bel exemple de bravoure et de mépris du danger. Le 29 août 1918, la gauche du bataillon étant menacée, a su par une vigoureuse contre-attaque de nuit, dégager le flanc menacé et assurer intégra­lement la possession de deux villages con­quis. »      Signé : Général PÉTAIN.

Proposé pour la croix de la Légion d’honneur avec le motif :

Officier d’un patriotisme élevé et d’un mépris absolu du danger. Après avoir bril­lamment dirigé son unité dans des circons­tances de combat des plus difficiles, lui a communiqué son entrain offensif et sa bonne humeur et lui a donné le plus bel exemple de courage et d’esprit de sacrifice.

Très grièvement blessé à son poste de combat est tombé héroïquement en criant: Vive la France. ! »

Croix de Guerre avec palme, étoile d’or et étoile d’argent.

Chevalier de la Légion d’honneur.


272 – PACHE Frédéric. Classe 1899. Maréchal des logis, 47e d’Artillerie de cam­pagne. – Ingénieur Chef de section à la Compagnie P. L. M. — Né à Saint-Genis, le 4 août. 1879. – Fils de Pache Auguste, pro­priétaire à Flies (commune de Saint-Genis), et de Grostabussiat Elisa.

Mort pour la France, le 31 octobre 1916, à l’Hôpital Belgravia, à Nice (A.-M.). Croix de Guerre avec deux étoiles.

 


 

19160825-perreal-cyrille-st-genis-273-t269-largeur-max-1024-hauteur-max-768273 – PERRÉAL Cyrille-Élie-Joseph. Classe 1907. Sergent au 23e d’Infanterie, 11e Cie. – Diamantaire à Saint-Genis. -Né à Yères (Var), le 27 juillet 1887. – Fils de Perréal Joseph et de Anfosso Virginie-Laurence, cultivateurs à Pregnin (commune de Saint-Genis.

Tombé au Champ d’honneur, le 25 août 1916, au bois de Hem (Somme).


 

19141012 Prost St Genis-Pouilly 274 274 – PROST Émile-Louis. Classe 1910. Soldat au 4e Zouaves, 9e Cie. – Cultivateur à Saint-Genis. – Né à Saint-Ciste (Haute-Savoie), en 1890. – Fils de feu Prost Au­guste et de Donque Josette, ménagère à Saint-Genis.

Disparu, le 12 octobre 1914, au Bois-Foulon (Aisne).

Titulaire de la médaille du Maroc.


275 – REGARD François-Émile dit Léon. Classe 1901. Soldat au 372e d’Infan­terie, 24e Cie. – Charcutier à Genève. -Né à Saint-Genis, le 24 septembre 1881. -Fils de Regard Louis, cordonnier à Saint­Genis et de Jarnier Louise-Adèle-Clara. Mort pour la France, le 8 novembre 1916, à l’Hôpital militaire de Salonique (Grèce).

 


 

19150618 Reygrobellet Félis St Genis 276276 – REYGROBELLET Félix-Lucien. Classe 1914. Soldat au 5e bataillon de Chas­seurs à pied, 3e Cie. – Cultivateur à Flies­Saint-Genis. – Né à Saint-Genis, le 2 août 1894. — Fils de feu Reygrobellet Louis et de Trambelland Joséphine, café à Flies (commune de Saint-Genis).

Tombé au Champ d’honneur, le 18 juin 1915, à Hinserfield, près Metzeral (Alsace).


277 – REYGROBELLET Henri. Classe 1916. Soldat au 20e bataillon de Chasseurs à pied, 25e Cie. – Cultivateur à Flies-Saint­Genis. – Né à Saint-Genis, le 14 mars 1896. – Fils de feu Reygrobellet Louis et de Trambelland Joséphine, café à Flies (com­mune de Saint-Genis).

Tombé au Champ d’honneur, le 12 octobre 1916, à la bataille de la Somme.

 

278 – THOMMEGAY Auguste. Cl. 1905. Soldat au 333e d’Infanterie, 21e C1e. – Bou­cher-charcutier. – Né à Saint-Genis, le 21 mai 1885. – Fils de Thommegay André, cultivateur à Saint-Genis et de feue Merme Eugénie.

Mort pour la France, le 11 octobre 1918, à l’Ambulance d’Écury-sur-Coole (Marne).

 

279 – THOMMEGAY Joseph-Étienne.. Classe 1894. Soldat au 74e Territorial d’In­fanterie, 6e Cie. – Cultivateur à Saint-Genis­-Flies. – Né à Saint-Genis, en 1874. – Fils de feu Thommegay Émile et de feue Balzac Sylvie, en leur vivant à Saint-Genis. – Marié à Mlle Gruaz Cécile., domiciliée à Files (commune de Saint-Genis).

Mort pour la France, en captivité, vers le 25 septembre 1918, à Sissone (Aisne).

 

280 – VUAILLET François-Antoine. Classe 1901. Soldat au 282e d’Artillerie lourde, 6e groupe E. M. – Cultivateur à Saint-Genis. – Né à Saint-Genis, le 16 oc­tobre 1881. – Fils de feu Vuaillet Louis et de feue Dubosson Marie, en leur vivant, fermiers à Saint-Genis.

Mort pour la France, le 10 novembre 1918, à Clairet (Meurthe-et-Moselle).

Croix de Guerre.

Laisser un commentaire