Péron 1914-1918

Livre d'Or 1914-1919 Enfants s

Ils étaient enfants de Péron et sont morts à la guerre

Cliquez simplement sur la photo pour l’agrandir. D’autres portraits d’enfants du Pays de Gex seront publiés à la date anniversaire de leur disparition.


19150616 Berne Louis Péron 539539 – BERNE Louis-Ernest. Classe 1915. Soldat au 97e d’Infanterie, 2e Cie. — Em­ployé à la Cie P. L.M. — Né à Châtillon-de­-Michaille, le 22 janvier 1895. — Fils de Berne Xavier, brigadier poseur à la Cie. P. L. M. à Lorgras (commune de Pérora), et de Des­portes Eugénie, garde-barrière à la gare de Farges.

Disparu, le 16 juin 1915, à Souchez (Pas-de-Calais).

 


 

19151103 Billet Cyrille Péron 540 T535540 – BILLET Cyrille. Classe 1893. Sol­dat au 244e d’Infanterie, C1e de mitrailleuses. — Cultivateur à Logras-Péron. — Né à Péron, le 24 novembre 1873. — Fils de Billet François et de Bugnet Fanchette, cultiva­teurs à Logras-Péron. — Marié à Mlle Billet, cultivatrice à Logras (commune de Péron). Mort pour la France, de ses blessures, le 3 novembre 1915, à Papeliste (Serbie).


 

19140827 Blanc Péron 541 541 – BLANC Moïse. Classe 1906. Sol­dat au 333e d’Infanterie, 23e Cie. — Employé à la Cie P. L. M. – Né à Péron, le 9 dé­cembre 1886. – Fils de feu Blanc Étienne et de feue. Duprat Adèle, en leur vivant, au Crêt (commune de Péron). – Marié à Mlle Bugnet Marie, cultivatrice à Péron.

Disparu, le 27 août 1914, à Gerbevillers (Meurthe-et-Moselle).


19160812-bouvier-arthur-peron-542-t535-largeur-max-1024-hauteur-max-768542 – BOUVIER Arthur-Juge. Classe 1916. Soldat au 44e d’Infanterie. – Cultiva­teur à Logras-Péron. – Né à Péron, le 3 janvier 1896. – Fils de Bouvier François et de Favre Élisa, cultivateurs à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 12 août 1916, au bois de Hem (Somme).

 


 

543 – BUGNET Jules-Édouard. Classe 1906. Soldat au 128e d’Infanterie. – Culti­vateur à la Crête-Péron. – Né à Péron, le 14 juin 1886. – Fils de Bugnet André et de Ballivet Antoinette, cultivateurs à la Crête (commune de Péron).

Mort pour la France, de ses blessures, en 1915, à l’Hôpital temporaire No 13, à Verdun.

 

544 – BUGNET-GIROD Ernest. Classe. 1917. Soldat au 208e d’Infanterie, Cie H. R.. Cultivateur à Péron. – Né à Péron, le 22 septembre 1897. – Fils de Bugnet-Girod Jean-Louis et de Decombaz Marie, cultiva­teurs à Paruthiol (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 17 août 1917, à Bixshoops (Belgique).

Croix de Guerre.

 

545 – CHATELAIN Arthur-Louis-Er­nest. Classe 1901. Canonnier au 47e d’Artil­lerie de campagne, 2e section de munitions. Cultivateur à Péron. – Né à Péron, le 4 novembre 1891. – Fils de feu Chatelain Jules et de Regard Eugénie, domiciliée à Péron. – Marié à Mlle Crochat Jeanne, do­miciliée à Péron.

Mort pour la France, le 10 novembre 1918, à l’Ambulance 10/13, à Bussy-le­Château (Marne).

 

546 – CUZIN Charles-François. Classe 1916. Soldat au 23e d’Infanterie, C1e H. R..

Charpentier à Logras-Péron. – Né à Péron, le 1er mai 1896. – Fils de Cuzin Aimé, charpentier et de Colombet Suzanne, domiciliés à Logras (commune de Péron). -Intoxiqué par les gaz, le 17 mai 1918, au mont Kemmel (Belgique).

Mort pour la France, des suites, le 25 mai 1918, à l’Hôpital de Malo-les-Bains (Nord).

 


 

19160505 Cuzin François Péron 547 T544547 – CUZIN François-John. Classe 1899. Soldat au 41e bataillon de Chasseurs à pied. – Cultivateur à Logras-Péron. ‑ Né à Péron, le 21 avril 1879. – Fils de feu Cuzin François et de feue Michaud Antoi­nette, en leur vivant, à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 5 mai 1916, à la côte 425, en avant de Thann (Alsace).

 


 

548 – DECOMBAZ Marcel-André. ‑Classe 1914. Soldat au 23e d’Infanterie coloniale, lle Cie. – Laitier à Genève. – Né à Péron, le 5 avril 1894. – Fils de feu Decom­baz Félix et de Grenier Pauline, cultivatrice à Péron.

Tombé au Champ d’honneur, le 25 septembre 1915, à la côte. 191, à Massiges (Marne).

 


 

19150703 Delacroix Joseph Péron 549549 – DELACROIX Joseph-Louis. -Classe 1913. Soldat au 133e d’Infanterie, 11e Cie. – Cultivateur à Péron. – Né à Péron, le 24 mars 1893. – Fils de feu Dela­croix Prudent et de Ferrolliet Louise, culti­vatrice au Mont (commune de Péron).

Mort pour la France, de maladie contrac­téee en service, le 3 juillet 1915, à Péron.

Croix de Guerre.

 


 

550 – ESCOFFIER Eugène-François.

– Classe 1901. Soldat au 32e d’Infanterie, ire Cie, – Cultivateur à Feigère-Péron. -Né à Péron, le 8 décembre 1881. – Fils de Escoffier Élise et de Vuaillat. Eugénie, culti­vateurs à Feigère (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 13 sep­tembre 1918, au bois des Caurières à Bezon­vaux, près Verdun.

 


 

19160903-favre-lucien-peron-551-t544-largeur-max-1024-hauteur-max-768551 – FAVRE Lucien-Auguste. Classe 1915. Soldat au 5e bataillon de Chasseurs à pied, 6e Cie. – Cultivateur à Logras-Péron. – Né à Péron, le 18 décembre 1895. – Fils de Favre Louis, cultivateur à Logras (com­mune de Péron) et de feue Bertherat José­phine.

Tombé au Champ d’honneur, le 3 sep­tembre. 1916, à Cléry-sur-Somme (Somme).

Avait obtenu la citation suivante. :

Ordre de la brigade, No 26, du 12 sep­tembre 1916 :

Chasseur, modèle de courage et de bra­voure; blessé mortellement en faisant bra­vement son devoir..,

Croix de Guerre.

 


 

552 – FOL Camille-François. Cl. 1916. Soldat au 60e d’Infanterie, 2e Cie de mitrail­leuses. – Cultivateur à Feigère-Péron. -Né à Péron, le 24 octobe 1896. – Fils de Fol Jules et de Prodon Clotilde-Alexandrine, propriétaires à Feigère (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 9 sep­tembre 1917, à la côte 344, prés Samogneux à Verdun.

 


553 - FOL Francis-Marcel. Classe 1915. Soldat au 407e d'Infanterie, 2e Cie. -Cultivateur à Feigère-Péron. - Né à Péron, le 10 janvier 1895. - Fils de feu Fol Aimé dit Champagne et de Mathieu Céline, propriétaire à Feigère (commune de Péron). Tombé au Champ d'honneur, le 21 juin 1916, à Vaux-Chapitre (Verdun).

553 – FOL Francis-Marcel. Classe 1915. Soldat au 407e d’Infanterie, 2e Cie. -Culti­vateur à Feigère-Péron. – Né à Péron, le 10 janvier 1895. – Fils de feu Fol Aimé dit Champagne et de Mathieu Céline, proprié­taire à Feigère (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 21 juin 1916, à Vaux-Chapitre (Verdun).

 

554 – FOL Marius-Émile. Classe 1917. Soldat au. 105e d’Infanterie, 6e Cie. – Culti­vateur à Feigère-Péron. – Né à Péron, le 2 août 1895. – Fils de feu Fol Aimé, dit Champagne et de Mathieu Céline, proprié­taire à Feigère (commune de Péron).

Tombé au. Champ d’honneur, le 2 dé­cembre 1917, au bois de la Chalade en Ar­gonne (Meuse).

 

555 – GAY Léon-Charles. Classe 1904. Soldat au 158e d’Infanterie, 12e Cie. – Cul­tivateur à Péron. – Né à Péron, le 28 février 1884. – Fils de Gay François et de Charvet Antoinette, cultivateurs à Péron.

Tombé au Champ d’honneur, le 25 oc­tobre 1918, à Hanogne (Ardennes).

Déjà blessé, le 28 août 1914, près d’Amiens en juin 1918, près de Soissons.

 


 

19150621 Gerbel Henri Péron 556556 – GERBEL Henri. Classe 1906. Sol­dat au 87e d’Infanterie, 3e Cie. – Cultiva­teur à Logras-Péron. – Né à Péron, le 14 janvier 1886. – Fils de feu Gerbel Louis et de Bertherat Philomène, cultivatrice à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 21 juin 1915, à la tranchée de Calonne, aux Éparges (Meuse).

 


 

557 – GIRARD Albert-Joseph. Cl. 1910. Caporal au 27e bataillon de Chasseurs alpins. – Boulanger à Péron. – Né Péron, le 5 octobre 1890. – Fils de Girard Louis et de Michard Fanchette, cultivateurs à Péron. -Marié à Mlle Bugnet-Girod Marthe, domici­liée à Péron.

Tombé au Champ d’honneur, le 31 août 1918, à Neuilly (Oise).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du régiment, No 68, du 19 août 1917 :

Blessé au cours d’une corvée très pénible, sous un fort bombardement, n’a consenti à se laisser évacuer que sur un ordre formel et après s’être assuré que sa mission serati quand même exécutée. »

Croix de Guerre.


 

19160321 Girod Edmond Péron 558 T553558 – GIROD Edmond-Louis. Cl. 1914. Caporal au 45e bataillon de Chasseurs à pied, 10e C1e. – Domicilié à Logras-Péron. -Né à Péron, le. 8 mars 1894. – Fils de Girod Eugène et de Fol Clarisse, propriétaires de l’Hôtel de la gare de Farges, à Logras (com­mune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 21 mars 1916, en avant de Coeuvres (Aisne).

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre de la 6e Armée, No 311, du 26 mars 1916 :

Maigre un bombardement des plus vio­lents, a continué à diriger le tir de ses engins de tranchée, jusqu’au moment où il a été très grièvement blessé. Gradé d’un courage remarquable et d’une bravoure parfaite. »

Croix de Guerre avec palme.

 


 

19150513 Gondret Marius Péron 559 T553559 – GONDRET Marius. Classe 1901. Soldat au 3e bataillon de chasseurs à pied. Cultivateur à Logras-Péron. – Né à Péron, le 20 avril 1881. – Fils de feu Gondret Alexandre et de Bugnet-Girod Félicité, domi­ciliée à Logras (commune de Péron). -Marié à Mlle Blanc Emma, cultivatrice à Logras-Péron.

Disparu, le 13 mai 1915, à Noulette (Pas-de-Calais).

 


 

19150510 Gruffaz Emile Péron 560 T553560 – GRUFFAZ Émile-Jules. Classe 1898. Soldat au 359e d’Infanterie. – Cul­tivateur à Grégny (commune de Péron). – Né à Vallens (Haute-Savoie), le 13 octobre. 1878. – Fils de feu Gruffaz Jean et de Colletaz Gasparine, cultivatrice à Grégny (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 10 mai 1915, à Sillatzer-Wusen (Alsace).


 

19140809 Jacquinot-Carry Péron 561 561- JACQUINOT-CARRY Émile-Marius. Classe. 1914. Soldat au 133e d’Infan­terie. – Cultivateur à Feigère-Péron. – Né à Saint-Jean-de-Gonville, le 26 février 1894. – Fils de feu Jacquinot-Carry Marc et de Duvernet Louise, cultivatrice à Feigère (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 9 août 1914-, au col des Journaux (Vosges).


562 – LANGEL Marius. Classe 1906. Soldat au 133e d’Infanterie. – Cultivateur à Logras-Péron. – Né à Péron, en novembre 1886. – Fils de feu Langel François et de Peney Jeannette, cultivatrice à Logras (com­mune de Péron).

Mort pour la France, des suites, de ses blessures, le 5 septembre 1914, à l’Hôpital de Poitiers (Vienne).

 


 

19160909-levrat-ferdinand-peron563-t562-largeur-max-1024-hauteur-max-768563 – LEVRAT Ferdinand Jules. Classe 1905. Soldat au 333e d’Infanterie, 19e Cie. -Fromager à Cessia (Ain). – Né à Péron, le 31 mai 1885. – Fils de feu Levrat Honoré et de feue Demornex Marie-Françoise, en leur vivant à Péron. – Marié à Mlle Beatrix Marie, domiciliée à Cessia (Ain).

Tombé au Champ d’honneur, le 9 sep­tembre 1916, à Douaumont (Verdun).

 


 

19151025 Lévrier Eugène Péron 564 T562 564 – LÉVRIER Eugène-Fernand. -Classe 1911. Soldat au 60e d’Infanterie, C1e H. R.. – Cultivateur à Péron. -Né à Péron, en 1891. – Fils de feu Levier Fran­çois et de feue Berthod Louise, en leur vi­vant à Péron.

Tombé au Champ d’honneur, le le mars 1916, au bois de Souville (Verdun).

Avait obtenu la citation suivante :

« Ordre du régiment, Ne 171, du 25 octobre 1915 :

« A fait preuve de courage et de sang-froid, en réparant, quelle que soit la violence du bombardement, les communications télé­phoniques, au cours des attaques du 25 au 29 septembre 1915. »

Croix de Guerre.

 


 

565 – MARTIG Léon-Claude. Cl. 1915. Soldat au 32e bataillon de Chasseurs alpins, 4e C1e. – Cultivateur à Gregny-Péron. -Né à Condamine (Haute-Savoie), le 19 jan­vier 1895. – Fils de feu Martig Jean-Frédéric et de Revillard Françoise, cafetière à Gregny (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 29 septembre 1915, près de Ste-Marie-à-Py (Aisne).
Déjà blessé au début de 1915, dans l’Oise.


 

19150322 Merme Alfred Logras Péron 566 [Largeur max. 1024 Hauteur max. 768]566 – MERME Alfred. Classe 1902. Ca­nonnier au 5e d’Artillerie de campagne, 51e batterie. — Coiffeur à Logras-Péron. —Né à Genève, le 13 février 1882. — Fils de feu Merme François et de feue Léger Virgi­nie-Antonine, en leur vivant coiffeurs à Genève.— Marié à Mlle Merme Jeanne, domi­ciliée à Lyon.

Mort pour la France, le 22 mars 1915, à Frévin-Capelle (Pas-de-Calais).

 


 

19160828-mistrallet-francois-peron-567-t562-largeur-max-1024-hauteur-max-768567 – MISTRALLET François-Arthur. Classe 1900. Soldat au 84e d’Infanterie, 2e C1e de mitrailleuses. — Cultivateur à Feigère-Péron. — Né à Péron, le 25 août. 1880. — Fils de Mistrallet Guillaume, culti­vateur à Feigère (commune de Péron) et de feue Blanc Marie. — Marié à Mile Francizod Jeanne-Louise, cultivatrice à Feigère (com­mune de Péron).

Mort pour la France, le 28 août 1916, à l’Hôpital temporaire, No 6, à Salonique (Grèce).


 

19140905 Pochet Péron 568 568 – POCHET Albert. Classe 1912. Ca­poral au 133e d’Infanterie, 3e Cie. — Culti­vateur à Logras-Péron. — Fils de feu Pochet Auguste et de Foraz Joséphine, cultivatrice à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 5 sep­tembre 1914, au col des Journaux (Vosges).

Avait obtenu la citation siuvante :

Ordre du régiment, No 114, du 2 juin 1915 :

Énergique et brave, Le 3 septembre, son chef de section et les sergents ayant tous été mis hors de combat, a groupé, sous son commandement, les hommes qui restaient près de lui et les a maintenus à leur poste. Mortellement frappé, le 5 septembre.»

Croix de Guerre.


19151006 Pochet Joseph Péron 569 T562569 – POCHET Joseph. Classe 1914. Soldat au 3e Zouaves, 61e Cie. —Boulanger à Logras-Péron. — Né à Péron, le 2 no­vembre 1894. — Fils de feu Pochet Auguste et de Foraz Joséphine, cultivatrice à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 6 octobre 1915, à Souain (Champagne).

 

570 – RICHARD Léon-Alphonse-Gas­ton. Classe 1918. Caporal au 339e d’Infan­terie, 18e C1e. — Cultivateur à Péron. — Né à Saint-Jean-de-Gonville, le 3 mars 1898. — Fils de Richard Édouard et de Charvet Louise, cultivateurs à Péron.

Tombé au Champ d’honneur, le 29 août 1918, au combat devant Bagneux.

 

571 – TAVERNIER Joseph-Aimé. —Classe 1906. Soldat au 27e d’Infanterie, 10e C1e. — Cultivateur à Logras-Péron. —Né à Péron, en 1886. — Fils de Tavernier Joseph, cultivateur à Logras (commune de Péron) et de Duclos Françoise.

Tombé au Champ d’honneur, le 26 sep­tembre 1918, en avant de Vouziers (Ar­dennes).

Avait obtenu les citations suivantes :

Ordre du 2e corps d’Armée, Na 178, du 28 septembre 1916 :

Le général Duchêne, commandant. le 2e corps d’Armée, cite à l’Ordre du corps d’Armée le soldat Tavernier Aimé, du 87e d’Infanterie. Pendant les journées du 14 au 17 septembre 1916, a assuré comme courrier la liaison entre les deux postes. A toujours assuré son service avec beaucoup d’entrain, malgré de vifs bombardements. A traversé plusieurs fois un très violent tir de barrage, alors que les boyaux avaient été complètement démolis. Le 17 septembre 1916, au cours de l’attaque, a rempli le rôle de guetteur sans quitter son poste un seul instant, bien que l’endroit où il était à dé­couvert, se trouvait en plein centre des tirs de barrage allemands. »

— « Ordre du régiment, No 177, du 18 août 1917 :

Agent de liaison du plus grand dévouement et ayant un mépris absolu du danger. A l’attaque du 7 mai 1917, s’est offert vo­lontairement sous                                                                un violent feu de mitrail­leuses pour aller rétablir la liaison momen­tanément perdue avec la droite du bataillon…»

« Ordre de la 3e division d’Infan­terie., No 253, du 7 août 1918 :

Soldat d’un. sang-froid remarquable. A l’attaque du 23 juillet 1918, s’est porté en avant des vagues d’assaut et a pris une large part dans le nettoyage d’un abri profond où onze Allemands furent capturés, malgré une résistance opiniâtre. »

Croix de Guerre avec étoiles d’or, d’argent et de bronze.

 

572 – TAVERNIER Julien-Eugène. —Classe 1910. Lieutenant au 23e bataillon de Chasseurs alpins. Commandant la 2e C1e. —Voyageur de commerce. — Né à Péron, le fer avril 1890. — Fils de Tavernier Paul-Alexandre, tailleur à Lorgas (commune de Péron) et de Brunet Marie.

Tombé au Champ d’honneur, le 20 août 1918, à Crapeauménil (Somme).

Avait gagné ses galons au cours de la campagne et obtenu les citations suivantes :

Ordre de la 7e Armée, No 73, du 20 oc­tobre 1915 :

Sous un bombardement des plus violents s’est continuellement exposé pour se porter au secours des blessés; blessé lui-même, a continué à maintenir le moral de ses hommes en montrant l’exemple du plus grand sang-froid. »

Signé : DE MAUD’HUY

« Ordre de la 6e Armée, No 429, du 11 décembre 1917:

Officier remarquable d’entrain et de courage qui a donné au cours de toutes les opérations de septembre à novembre, la mesure de sa valeur. Le 5 novembre, a entraîné brillamment sa section à l’assaut, a fait de nombreux prisonniers, a multiplié les reconnaissances personnelles et assuré les liaisons dans des conditions particulière­ment délicates et périlleuses. Contusionné, n’a pas voulu abandonner son poste, donnant ainsi un bel exemple d’énergie. »

Signé : FAYOLLE.

Croix de Guerre avec deux palmes. — Trois blessures.

 


 

19150620 Thioux Louis Péron 573573 – THIOUX Louis-Ernest. Classe 1913. Soldat au 133e d’Infanterie, 2e Cie, —Cultivateur à Péron. — Né à Péron, en 1893. — Fils de Thioux Ernest et de Ferolliet Célina, cultivateurs à Péron. — Grièvement blessé, le 14 juin 1915, devant Metzeral (Alsace). Mort pour la France, des suites, le 20 juin 1915, à l’Hôpital auxiliaire, N° 30, Terminus, à Gérardmer.

Avait obtenu la citation suivante :

Ordre du régiment, No 129, du 30 juin 1915 :

Très bon soldat. Toujours volontaire pour les missions délicates et dangereuses. Très belle attitude au front. »

Croix de Guerre.

 


 

19150514 Verdannet Lucien Péron 574 T571574 – VERDANNET Lucien-Joseph. Classe 1912. Caporal au 97e d’Infanterie, 2e Cie. — Cultivateur à Gregny-Péron. — Né à Cernex (Haute-Savoie), le 8 octobe.1892. -­Fils de Verdannet Jean., cultivateur à Gregny (commune de Péron) et de feue Philippe Marie. — Grièvement blessé, le 9 mai 1915, à Souchez (Pas-de-Calais).

Mort pour la France, des suites, entre les mains de l’ennemi, le 14 mai 1915, à l’Hôpi­tal d’Avion, près Lens.

Déjà blessé, le 19 août 1914, devant Mulhouse.

 


 

575 – VULLIER Joseph-Amédée. —Classe 1916. Soldat au 20e bataillon de Chas­seurs à pied, 20e Cie, — Cultivateur à Logras- ­Péron. — Né à Revvroz (Haute-Savoie), en avril 1896. — Fils de feu Vullier Jean-Louis, et de Bondaz Célestine, épouse Pernière
cultivateurs à Logras (commune de Péron).

Tombé au Champ d’honneur, le 23 octobre 1917, au Chemin-des-Dames (Aisne).

Laisser un commentaire